Infos

Se ré-approprier un savoir-faire ancestral et le transmettre.

Me caler sur le rythme de la Terre, des saisons et RALENTIR.

carte visite 7 - Version 3

(Site encore en construction …)

Pour son actualité  retrouvez L’habit en roses sur https://www.facebook.com/CouleursMaineinLoire/

Contact : contact@habit-en-roses.fr

 

A PROPOS :

Mon atelier de teinture végétale textile « L’habit en roses » a été créé en janvier 2015.

J’exerce à Angers à mon domicile.

Je ne travaille que des matières naturelles (coton, lin, chanvre, laine, soie) à partir de plantes que je glane, que je produis dans mon jardin ou que j’achète localement, principalement à Chemillé. Avec ces végétaux d’ici je prépare mes bains de teinture.

Mes produits sont des écharpes, des étoles, des chèches, des sacs de toile, des vêtements teints en pièce ou des créations textiles.

Tous mes tissus en matières naturelles, les écheveaux de laine, de soie, de lin ou de chanvre sont teints à la main avant finitions par mes soins ou vendus en l’état pour l’usage de créateurs amateurs ou professionnels.

L’économie circulaire et le développement durable ont une grande résonance en moi, ces axes de réflexions et ces valeurs ont fortement influencé le choix de mon nouveau chemin professionnel.

Le monde du textile est mondialisé, explosé, écartelé, suivre la trace d’un textile de la plante (ou de l’animal) au tissu est « labyrinthique » et fait souvent parcourir des milliers de kilomètres …

Dans ce marché textile, source de richesse dans l’histoire de notre région, délocalisé depuis des décennies pour la partie du filage des fibres, je m’implante. Je fais ma part et décide de travailler des fibres et des tissus naturels écrus ou blanc et d’effectuer moi-même la finition teinture à partir de végétaux parfaitement connus et selon des procédés de teinture naturelle éprouvés par nos ancêtres avant l’avènement des colorants chimiques en 1850.

Les fibres que je teins sont des tissus recyclés ou neufs, tissés de préférence en France ou en Europe, je choisis de préférence le bio quand le label existe (coton et lin), je privilégie les laines des éleveurs locaux et pour la soie, je m’approvisionne directement auprès d’ateliers artisanaux dont j’ai pris soin de m’assurer des conditions dignes de travail et de rémunération.

En faisant moi-même la finition couleur en teinture naturelle avec les végétaux d’ici, je participe, à mon échelle, à développer deux économies locales : ma propre activité en Maine et Loire et celle des artisans de là-bas, tout en leur évitant l’étape de la teinture chimique, souvent la plus dangereuse pour les ouvriers et la plus polluante pour les cours d’eau de ces pays.